Quelles sont les conséquences d’un impayé sur le crédit renouvelable ?

crédit renouvelable

Publié le : 18 janvier 20247 mins de lecture

Le crédit renouvelable est une option simple et rapide lorsque l’on a un besoin urgent d’argent. Il s’agit en effet d’une réserve disponible à tout moment qui permet de faire face à des dépenses imprévues sans creuser son découvert. Voici comment bénéficier d’un crédit renouvelable et ce que l’on risque en cas d’impayé.

Comment bénéficier d’un crédit renouvelable ?

Le crédit renouvelable est une forme de crédit à la consommation. Il s’agit d’une réserve d’argent dans laquelle on peut puiser pour financer les dépenses du quotidien. Très populaire, il est aujourd’hui proposé par un grand nombre d’acteurs : établissements de crédit et banques en ligne, enseignes de grande distribution, établissements spécialisés… Enfin, il peut être associé soit à un compte en banque, soit à une carte de crédit.

Ce type de crédit présente plusieurs avantages :

  • Vous pouvez utiliser l’argent quand bon vous semble et sans aucune justification.
  • Votre réserve d’argent se reconstitue au fur et à mesure de vos remboursements.
  • Si vous n’y touchez pas, vous n’aurez aucun intérêt à payer. Ceux-ci sont en effet calculés uniquement sur les sommes qui ont été utilisées et qui n’ont pas encore été remboursées.
  • Le crédit renouvelable peut être associé à une carte de crédit avec laquelle vous pourrez payer directement vos achats et retirer de l’argent.

Sachez cependant que les taux d’intérêts sont nettement plus élevés que pour les autres types de crédit et que la facilité d’utilisation d’un crédit renouvelable peut déboucher sur une situation de surendettement s’il est mal maîtrisé.

Les démarches sont particulièrement rapides pour obtenir ce type de crédit à la consommation. L’étude du dossier et des pièces justificatives fournies par le demandeur ne met en effet pas plus de deux semaines. Le demandeur peut même obtenir une réponse de principe quasi-immédiate assortie d’une offre à signer sous 24 à 48 heures. Enfin, il bénéficie d’un délai de rétractation de 14 jours. Pour en savoir plus à propos de l’obtention d’un crédit renouvelable, cliquez ici.

Quelles sont les conséquences en cas d’impayé ?

Si vous n’arrivez plus à rembourser votre crédit renouvelable, vous serez contacté par le service contentieux de l’établissement financier qui vous l’a octroyé qui vous mettra en demeure de payer vos échéances. Pour cela, vous recevrez généralement une lettre avec accusé de réception, mais il se peut également que vous ayez la visite d’un huissier. Votre banque peut aussi faire appel à une société de recouvrement qui vous enjoindra à payer la somme due. À noter que si vous avez un garant, il sera également contacté si vous ne réagissez pas à la mise en demeure.

Si aucune solution n’est trouvée suite à la mise en demeure, votre banque peut vous assigner en justice afin de récupérer les sommes que vous lui devez. Votre dossier est examiné et vous pouvez être convoqué pour une audience durant laquelle vous rencontrerez un représentant de l’organisme vous ayant accordé le prêt. Si vous êtes reconnu comme défaillant et que les sommes dues sont supérieures à 4 000 €, ce dernier pourra enclencher une procédure de récupération des garanties. Vous disposerez cependant d’un mois pour faire appel et suspendre l’application du jugement.

Pour éviter d’en arriver à une procédure de recouvrement, il est conseillé de négocier un accord à l’amiable avec votre banque. Cela vous permettra d’échelonner vos remboursements et d’éviter qu’on ne saisisse vos biens. Sachez enfin que vous ne pourrez pas être poursuivi si le délai de forclusion est dépassé, à savoir deux ans à partir du premier défaut de paiement sans que l’organisme prêteur ne se soit manifesté.

Comment éviter les problèmes ?

La seule façon d’éviter de vous retrouver dans une situation délicate est de rembourser les mensualités que vous devez en temps et en heure. Cependant, s’il vous est impossible de le faire, sachez que le mieux est de contacter au plus vite votre banque afin de rechercher avec elle une solution à l’amiable. Ce type de démarche est en effet positif dans 30 % des cas. La banque pourra par exemple vous accorder un délai de paiement ou un report d’échéance (au maximum deux fois par an). Si elle refuse et que vous avez souscrit une assurance au moment de votre demande de crédit, demandez à cette dernière de prendre en charge le remboursement des mensualités si la raison de votre défaut de paiement est prévue dans le contrat : maladie, perte d’emploi, invalidité…

Sachez qu’il est également possible de demander un délai de grâce. Celui-ci sera accordé par un juge du tribunal judiciaire dont vous dépendez et suspendra les mensualités pour une période pouvant aller jusqu’à deux ans sans que vous n’ayez de pénalités de retard ou de majorations à payer. Pour obtenir ce délai, il vous faudra constituer un dossier en rassemblant tous les documents prouvant vos difficultés financières. Enfin, si vos problèmes sont importants et durables, n’hésitez pas à déposer un dossier de surendettement auprès de la Banque de France. Cette dernière solution est la plus protectrice. Votre dossier sera en effet étudié par une commission départementale qui pourra mettre en place un plan de redressement en accord avec l’organisme prêteur et les créanciers. La Banque de France pourra aussi imposer un gel des remboursements, un échelonnement de la dette, et même son annulation, dans les cas les plus extrêmes.

En effectuant ces démarches, sachez que vous serez inscrit au fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) de manière automatique. Rassurez-vous, cela n’a rien à voir avec une interdiction bancaire et vous pourrez conserver vos moyens de paiement, y compris votre carte bancaire si elle est à débit immédiat. En revanche, vous ne pourrez plus contracter de nouveaux crédits jusqu’au remboursement de l’intégralité des débits en cours et vous ne pourrez plus vous porter caution.

Le crédit renouvelable, une solution pratique pour faire face aux dépenses imprévues
Prêt BFM liberté : quelles sont les conditions d’éligibilité et les modalités de remboursement ?